de l'aude

COMMUNIQUE DE PRESSE

Huile de palme un terrain glissant pour l’agro business

11.06.2018
COMMUNIQUE DE PRESSE
Limoux, le 11 juin 2018
Huile de palme

un terrain glissant pour l'agro business


Une fois n'est pas coutume la Confédération Paysanne est d'accord avec la FNSEA* : il faut arrêter les importations d'huile de palme !

Nous n'avons pas attendu l'ouverture de la raffinerie d'agro-carburant TOTAL pour le dire. Partie prenante du collectif NOPALME la Confédération paysanne avait manifesté contre le projet d'une usine d'huile de palme en 2011 dans notre région à Port la Nouvelle. Que ce soit à usage alimentaire ou pour fabriquer des agro-carburants l'huile de palme participe à la déforestation, à l'expropriation des petits paysans chassés par les accapareurs de terre, les agro-industries indonésiennes, malaisiennes mais aussi françaises comme celle de Bolloré ou SOFIPROTEOL / AVRIL.

Cette dernière fut dirigée par Xavier Beulin de 2000 à 2017 qui n'était autre que le président de la FNSEA*. Le groupe AVRIL au chiffre d'affaire de presque 7 milliards d'euros transforme la moitié de la récolte de tournesol et de colza ayant obtenu de l'État français et de l'Union Européenne des aides publiques et une défiscalisation pour lancer le DIESTER, cet agro- carburant qui remplit maintenant 7 % de vos réservoirs automobiles. N'étant pas à une contradiction près, 10% des 1,5 millions de tonnes d'agrocarburant produit par AVRIL est constitué par de l‘huile de palme !

Ce qui nous oppose totalement à la FNSEA*, c'est la position de la Confédération Paysanne contre tous les agro-carburants de première génération, y compris ceux produits sur le sol français, actuellement grâce aux faveurs accordées à Sofiprotéol / AVRIL, les deux tiers de la production de colza passent dans nos moteurs. C'est une aberration, la terre doit avant tout nourrir l'humanité avant de faire rouler nos autos. La filière de production d'agro-carburants à base de colza ou de tournesol ne renforce qu'en partie l'autosuffisance énergétique de notre pays. Il faut en effet environ 500 litres d'équivalent pétrole pour produire une tonne d‘huile de colza (engrais, mécanisation, transport, transformation) auxquels il faut rajouter force pesticides. Et plus grave, les agro-carburants de première génération comme le colza ont un bilan bien plus néfaste en terme de gaz à effet de serre que les carburants fossiles. (1,2 fois plus)

Aberration du développement de la filière agro-carburant : la France est devenue importatrice de colza pour 1300 milliers de tonnes en 2017 !

Un des grands acteurs de cette filière mortifère des agro-carburants n'est autre que Gérard Tubery (FDSEA* de l'Aude), ancien président de la coopérative Occitane et de la Fédération des producteurs d'oléagineux, administrateur de SAIPOL filiale du groupe AVRIL .

Cette filière met en danger les agriculteurs qui s'y consacrent les livrant ainsi à la concurrence des marchés internationaux, aux caprices des cours sur les oléagineux, elle met aussi en danger les travailleurs qui risquent de perdre un travail précaire comme à l'usine SAIPOL de Sète .

Pour toutes ces raisons la confédération paysanne de l'Aude dit NON à l'huile de palme importée ainsi qu'à tous les agro-carburants, et OUI à la souveraineté alimentaire de tous les pays , et encore OUI à une agriculture paysanne plus autonome en énergie.

Contacts
Pascal Pavie, Commission international : 06 87 87 79 32
Mélanie Vandecasteele, co porte parole : 06 23 81 57 56
Patrick Perles, co porte parole : 06 77 26 44 50
Lozat Olivier, animation, communication : 06 31 34 84 59

 


Contacts :
Copyright Confédération paysanne