Home > Communiqués de Presse > INONDATIONS DANS L'AUDE : VISITE DE LA MINISTRE DE ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

INONDATIONS DANS L'AUDE : VISITE DE LA MINISTRE DE L’INCOHÉRENCE GOUVERNEMENTALE

16.11.2018

Sachant qu'Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État au Ministère de la transition écologique et solidaire était en visite dans l'Aude ce 15 novembre, la Confédération paysanne avait demandé une entrevue auprès de la secrétaire d'État. Madame Wargon qui avait une réunion avec les élus du département à 10h était, contrairement à ses conseillers, indisponible à 9h pour ce rendez vous.
Peut être ne voulait elle pas entendre la Confédération paysanne lui demander si elle pensait toujours, comme en juillet 2018, alors qu'elle était encore lobbyiste chez Danone, que "l'huile de palme est le meilleur ingrédient pour les laits infantiles" ou si elle considérait toujours l'opposition aux OGM comme une position dogmatique.

Nous avons donc interpellé ses conseillers pour demander à ce que cesse l'incohérence entre la communication gouvernementale et la politique mise en place sur des sujets transversaux
agriculture / environnement :
- Alors que le pastoralisme est garant de la biodiversité, l'admissibilité des surfaces pastorales dans la PAC* est sans cesse remise en cause et restreinte.
- L'agriculture biologique et les mesures agro environnementales souffrent d'un désengagement de l'État et le paiement des aides a toujours deux ans de retard
- Le budget des agences de l'eau a été considérablement diminué par l'Etat alors qu'elle contribuent aux aides à la bio

Les conseillers de Mme Wargon répondent que la future taxation des produits phytosanitaires devrait rapporter 50 millions d'euros : Ridicule comparé aux besoins de la région Occitanie qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions d'euros annuels ! De plus, le manque d'harmonisation fiscale européenne entrainera une augmentation de l'importation de produits espagnols.

Pour une véritable transition des pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement, l'État ne peut pas se contenter de mettre en place des taxes et de changer la règlementation. Il doit accompagner les paysan.nes par des aides ciblées et plafonnées et leur proposer des solutions concrètes et pratiques en finançant la recherche et la formation. Sur ce dernier point, la Confédération paysanne a fustigé la décision de la FNSEA* majoritaire au sein du fonds de formation agricole Vivéa, de supprimer les droits à la formation pour les personnes qui désirent s'installer en agriculture. Alors que dans notre département un agriculteur sur 2 n'est pas remplacé, l'État doit intervenir pour rétablir ce droit.

Enfin puisque les ministres Lecornu et Wargon étaient venus dans l'Aude pour une visite des communes sinistrées suite aux inondations, la Confédération paysanne de l'Aude a tenu à rappeler qu'elle veillerait à ce que tous les agriculteurs soient justement indemnisés et que les plus en difficulté soient accompagnés dans la reprise de leur activité.
Enfin pour l'avenir, nous demandons que l'agriculture paysanne soit considérée comme une véritable alternative pour le climat. Elle offre un potentiel de séquestration durable du carbone et limite la production de gaz à effet de serre.

La boucle est bouclée. L'huile de palme est bonne pour les bénéfices des géants de l'agro alimentaire mais la déforestation due à l'industrialisation agricole participe au changement climatique et à la multiplication d'évènements catastrophiques comme celui qu'a connu l'Aude. Il va donc falloir que Mme Wargon nous indique clairement par des actes pour qui elle travaille : les citoyens ou les multinationales ? Les paysans ou les industriels agro alimentaires ? Cela donnerait du sens à sa visite dans l'Aude !
 


Contacts :
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'aude -
Copyright Confédération paysanne
Maison paysanne 12 rue des genêts 11300 LIMOUX 06 31 34 84 59