Home > Campagnes solidaires > n° 374 - juillet 2021
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 374 - juillet 2021
Editorial Sommaire
Dossier
Archives

Dossier

La forêt doit (elle aussi) résister à son industrialisation


Les dossiers sont disponibles en téléchargement trois mois après parution [voir dans la rubrique ARCHIVES]

L'avenir de la forêt française est incertain. Certes, sa surface a progressé depuis 150 ans. Mais elle se dégrade sous l'effet du changement climatique et des maladies qui touchent des forêts de moins en moins résilientes et de plus en plus pauvres en biodiversité.
Depuis plus d'un demi-siècle, les politiques françaises ont subventionné les plantations d'essences inadaptées et favorisé la monoculture, puis les coupes rases et l'industrialisation de l'exploitation forestière. Le mouvement s'accélère depuis l'arrivée de machines de plus en plus puissantes dans les années 2000 et, plus récemment, avec le développement de centrales à biomasse au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.
Le parallèle avec l'agriculture est évident : un marché international non régulé qui pousse à l'augmentation de la productivité, détruit les industries locales et l'emploi en France et participe à la déforestation ailleurs, un poids démesuré des industriels et grands propriétaires dans les structures de régulation et la définition des lois, des subventions qui encouragent une production intensive, une perte des savoir-faire...
Comme en agriculture, toutefois, des travailleurs et travailleuses de la forêt, des naturalistes et des citoyen·nes défendent les parcelles menacées par des grands projets inutiles et imposés, acquièrent des terres pour y pratiquer une exploitation raisonnée de la forêt, développent des circuits courts du bois, créent des coopératives pour exploiter et valoriser le bois localement...  La forêt s'immisce aussi dans les fermes, avec le développement de l'agroforesterie et, vice-versa, avec le développement de l'éco-pâturage en milieu forestier.
La dynamique pour développer une sylviculture douce, qui respecte la multifonctionnalité des forêts et de leur usages – au-delà d'une simple réserve de loisirs, de bois ou de carbone – a trouvé de nombreuses expressions dans les territoires forestiers du Limousin, du Morvan, du Jura, des Pyrénées, de Dordogne...
La forêt est aussi un lieu que l'on habite et que l'on défend. Au-delà, comme le montre le travail d'associations, de syndicats de l'Office national des forêts et de certain·es élu·es pour lutter contre les coupes rases, c'est l'idée de la forêt comme bien commun au service de l'intérêt général qui progresse.

Fabrice Bugnot,
Transrural Initiatives


NB : Ce dossier – exceptionnellement de 12 pages – a été conçu et rédigé en partenariat avec Transrural Initiatives, revue bimestrielle d'information sur le monde rural publiée par l'ADIR, association d'édition du Réseau Civam*, du MRJC, du réseau Relier, de Cap rural et du réseau des Crefad (éducation populaire) - www.transrural-initiatives.org

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de l'aude
Copyright Confédération paysanne
Maison paysanne 1 Av. Salvador Allende 11300 LIMOUX 06 31 34 84 59